7Sommaire général
<<<

ARTISANAT : LES ARTISANS DU METAL

AGRICULTURE

Les modes d’exploitation

Les méthodes de travail

Les cultures

L’élevage

ARTISANAT

Les artisans de l’argile

Les artisans du bois

Les artisans du bâtiment

Les artisans du métal

Les artisans du cuir

Les artisans du textile

Les artisans du vivre

LE FORGERON

Le forgeron fût à l’origine des artisans du métal. Par définition, il travaillait le métal au feu et au marteau. En Lomagne, comme d’ailleurs en Gascogne, un seul terme a servi à désigner cet artisan : " lo haure ". La forge était généralement banale et appartenait rarement à la communauté. Il y en avait au moins une par commune si ce n’est pas davantage.

CEUX QUI SE SPECIALISENT

Etant donné le nombre important de chevaux, d’ânes et de mulets utilisés pendant des siècles, certains forgerons se spécialisèrent dans le ferrage de ces animaux. Vers le XVIIe et surtout le XVIIIe siècle, apparut pour le désigner le terme de maréchal-ferrant. Ils étaient établis dans de gros bourgs généralement situés sur des itinéraires très fréquentés : Miradoux, Beaumont, Saint-Clar.

D’autres se consacrent à la fabrication des clous. Il en reste le toponyme " claueria " qui désigne une ancienne fabrique de clous, laissant supposer que ces ateliers étaient situés dans les campagnes car on y consommait beaucoup de bois.

On remplaça la barre qui fermait la porte de l’intérieur avec une serrure. Le fabriquant devint le serrurier établi dans des agglomérations importantes.

Avec la vulgarisation de la pendule, apparaissent les horlogers.

Le développement des armes à feu donne naissance à la profession d’armurier (Beaumont, Lavit, Saint-Nicolas, Larrazet).

Nous terminons avec les artisans qui fabriquent et entretiennent les ustensiles de métal et particulièrement de cuivre et d’étain, ce sont les chaudronniers.

Les potiers d’étain fabriquaient des ustensiles en étain commun et en étain fin : des couverts, des plats, des pots, des pots de chambre…

Page suivante